// Un peu d'aventure...

Des livres

L’étranger

Au point du jour, nous nous sommes retrouvés à la sortie de la ville avec quantité d’inconnus qui nous connaissaient – c’est ça “être étranger”. Salaams enroués, complets bleus, cravates à poids énormes, bonnes têtes ensanglantées par le rasoir matinal, et une carriole remplie de mangeailles entre lesquelles on avait coincé un violon et un luth. A l’écart, un gamin tenait deux vélos verts et violets empruntés par Eyoub pour nous honorer. Une fois la compagnie au complet chacun – comme c’est l’usage ici le dimanche – a lâché la colombe qu’il avait apportée, et nous avons pris la route de Gradsko sur nos vélos versicolores suivis par une charretée de fêtards.

Nicolas Bouvier, L’usage du monde (1963).

Etrange étranger

Discussion

Les commentaires sont désactivés pour ce billet.

Les commentaires sont désactivés pour ce billet.